mardi 22 mars 2011

Le printemps me rend neuneu ...

Dimanche nous étions à une fête, dans un parc. Cela m'a rappeler les réceptions où on me trainer enfant, lorsque je me tirais dans la verdure à la moindre occasion pour fuir les mondanités (et les risques de fausses notes avec leurs conséquences fâcheuses).

Quel plaisir de suivre les déambulations du petit marcheur accompagner de l'homme que j'aime. De remplir nos poches de graviers bien blanc pour aller les balancer joyeusement dans de grands "plouf" dans l'eau de la fontaine, les regarder briller dans l'eau et écouter le rire de notre enfant. Quelle joie de flâner dans un coin de sous bois, en portant mon petit contre mon cœur, avec ces odeurs de forêt autour de nous. Quel bonheur de l'endormir au sein, assise sur un tapis de fleurs, sous le doux soleil du premier jour de printemps.

Décidément, j'aime vraiment m'éloigner des fêtes des grands ...